Tous les futurs parents ont envie d’offrir à leur enfant un cadre de vie sécurisé et bien adapté. Mais une fois confrontés aux achats du matériel de puériculture, le doute s’installe souvent. Qu’est-ce qui est essentiel ou ne l’est pas lors des toutes premières semaines de vie d’un nourrisson ? Quelles sont les normes à respecter ? Guide pratique pour des achats de puériculture en toute sérénité.

Le bon équipement pour la chambre
Dès la grossesse, la chambre du bébé est souvent au cœur des préparatifs. Et pour cause : c’est en elle que se matérialisent l’arrivée imminente du bébé et le projet familial. Pourtant, il est inutile d’en faire trop. vetement bebe peu au bébé pour être heureux !

> Le matériel de montre en solde ses premiers mois de vie, le bébé n’a pas besoin d’une chambre trop équipée. Il suffit ainsi de prévoir dans l’espace-nuit :

une petite armoire ou une commode pour ranger ses affaires (à fixer au mur dès l’installation),
un coin allaitement ou réconfort avec un fauteuil pour vous installer confortablement, une petite table ou un guéridon pour y installer une lampe ou une veilleuse,
une table ou un matelas à langer, qui peuvent aussi être installés à la salle de bain,
un lit, un matelas et si vous le désirez, un petit mobile.
> Ce qui n’est pas indispensable (ou peut attendre)
A contrario, il existe de nombreux produits de puériculture dédiés au sommeil de bébé, qui ne répondront pas nécessairement aux besoins de votre enfant, comme :

le couffin ou le berceau : ces “lits” de premier âge n’accompagnent les nuits du bébé qu’au cours de ses toutes premières semaines. Pour éviter de multiplier les achats, il peut être conseillé d’acheter directement un petit lit à barreaux.
le nid ergonomique qui, en épousant les formes du bébé, l’apaise au moment du sommeil. Intéressant pour les bébés prématurés, anxieux ou qui ont besoin d’être contenus, il ne s’utilise, là encore, que quelques semaines (jusqu’à environ 3 mois). montre chrono vaut donc prévoir l’achat, s’il vous semble indispensable, après l’arrivée du bébé et si le conseil vous est donné par votre pédiatre.
le plan incliné : selon les modèles, il se place dans ou hors du lit et apaise les bébés souffrant de reflux gastro-oesophagien (RGO) ou de gêne respiratoire. Dans les autres cas, il n’a pas vraiment d’intérêt, voire peut être dangereux s’il est mal installé. A acheter sur les conseils de votre pédiatre aussi et pas de votre propre initiative.
Par ailleurs, l’achat d’un transat ou d’un tapis d’éveil peut souvent attendre quelques semaines après la naissance, quand le bébé s’ouvre progressivement au monde et a moins besoin de sommeil.
> Comment choisir le lit de bébé ?
Avant tout, il est essentiel d’acheter un lit répondant aux normes de sécurité en vigueur (Norme NF EN 716-1+A1 et Norme NF EN 716-2+A, relatives aux lits à nacelle fixes et pliants à usage domestique pour enfants). Aussi, les critères essentiels à prendre en compte sont :

les barreaux du lit ne doivent pas être espacés de plus de 6 cm,
la hauteur entre le matelas et le haut du lit doit être d’au moins 50 cm.
Pour votre confort et la sécurité de votre enfant, il peut être conseillé d’investir dans un lit dont le sommier peut se régler en hauteur.
Quant au matelas, il doit être ferme, adapté au modèle de lit choisi (vous ne devez pas pouvoir glisser plus de deux doigts entre le matelas et les barreaux) et préférablement fait dans une matière naturelle (bambou, coton bio, etc.). À recouvrir d’une housse et d’une alèse. Enfin, le lit doit être installé préférablement face à la porte, à distance des fenêtres et radiateurs et loin des étagères ou de tout meuble duquel des objets pourraient chuter.
> Ce qu’il vaut mieux éviter
L’American Academy of Pediatrics (société savante des pédiatres américains) déconseille depuis plusieurs années l’usage du tour de lit pour les nourrissons. En cause: il ferait partie des facteurs favorisant les risques de mort subite du nourrisson (1).

> Les conseils de mamans
Valérie, 24 ans : «Je me suis rendue compte après la naissance de ma fille que nous avions souvent besoin de bouger son petit lit. Avoir un lit à roulettes nous a ainsi évité bien des tracas quand il fallait la garder auprès de nous la nuit parce qu’elle était malade ou parce que la famille restait chez nous pour le week-end. Sans compter que c’est très pratique pour retrouver une tétine ou un doudou perdu…»
Héloïse, 32 ans : «À la naissance de Louis, nous avions un tout petit budget pour la puériculture… Nous avons tout de même décidé d’investir dans un lit évolutif, malgré son prix. Aujourd’hui, notre fille a presque 10 ans et est toujours dans ce petit lit qui l’accompagne depuis sa naissance. Finalement, nous avons fait des économies !»